dimanche 11 janvier 2009

Crise bancaire : le boom des sites de P2P lending aux Etats-Unis

Dans un contexte morose de crise financière et bancaire, on a du mal à croire qu'un business model lié à l'emprunt et l'épargne soit en forte croissance. Et pourtant : le P2P-lending pourrait profiter pleinement de la déficience des acteurs traditionnels.


P2P lending : kesako ?

Commençons par le commencement. Le Person-to-Person lending est l'acronyme de "prêt de particulier à particulier" ; on parle aussi de "social lending", histoire d'avoir utilisé tous les termes à conséquence web 2.0. Comme toute tendance qui se respecte, le P2P lending a donné lieu à la création de plusieurs blogs (dont celui de Jean-Christophe), possède sa page sur Wikipedia, et fait même parler de lui sur les grandes chaînes américaines (voir la vidéo ci-dessous) :

video
reportage de CBS sur le site de P2P lending "lendingclub.com"

Une vidéo est souvent plus parlante qu'un long discours. Pour les non anglophones, le résumé est simple : permettre de trouver auprès d'internautes le financement que les banques n'accordent plus à des ménages endettés ou non suffisamment bien "scorés".

Comment procéder ? Sur le modèle de LendingClub, c'est très simple :
1. en s'inscrivant sur ce site de mise en relation entre emprunteurs et épargnants
2. en décrivant son projet, sa situation ou son histoire, et en précisant le montant du prêt souhaité

Le taux du prêt est généralement bien inférieur aux taux qu'une banque vous aurait éventuellement proposé, si tant est qu'elle vous en propose un. Perpuity, l'un des nouveaux entrants de ce secteur, propose une grille comparative des taux de crédit à la conso. Perpuity vous propose un taux à partir de 10%, alors que celui d'une banque -américaine- fleurtera rapidement à 15%. Vous pouvez également faire un tour sur les sites de Sofino ou de Cofidis pour trouver bien pire...


Pourquoi financer un prêt P2P ?

En face de l'emprunteur, des internautes ayant de l'argent à placer se retrouvent sur ces sites pour des motifs assez divers : dégoût de la bourse, volonté de se donner bonne conscience en aidant un concitoyen en difficulté... ou plus simplement recherche d'un retour sur investissement plus intéressant qu'un simple livrets d'épargne.

Si une personne demande un prêt de 5000€ pour, inutile de les débourser vous-mêmes : 100 personnes peuvent chacune investir 50€ pour que le prêt se réalise. Autrement dit, c'est une forme alternative de "fond commun de placement". Si l'emprunter rembourse correctement le prêt, le taux d'intérêt est intéressant (pas d'intermédiation bancaire, hormis la commission du site). S'il n'arrive pas à rembourser, le risque encouru demeurera faible pour chaque épargnant.

Le slogan de Perpuity Direct résume bien la démarche "win-win" poursuivie


De nombreux acteurs avec des positionnements de plus en plus différenciés

Coupons court aux fantasmes : il est aujourd'hui interdit, en France, de se prêter de l'argent entre particuliers. Aux Etats-Unis, le développement rapide de ce nouveau mode de financement a connu quelques soubresauts "législatifs". Encore récemment, NetBanker rédigait une lettre ouverture sur le sujet.

Néanmoins, le marché s'est considérablement développé depuis la création de Zopa en Angleterre, dès 2005 (!), généralement cité comme le premier site de P2P lending. Je reviendrais régulièrement, à travers des exemples, sur les différentes formes que prend le P2P Lending.

Néanmoins, le principe se complexifie de plus en plus :

- certains sites n'hésitent plus à "scorer" le risque d'un emprunteur, ou encore à créer des "listes profilées de prêts" afin de diluer les risques pris par les épargnants.

- d'autres proposent aux internautes de "noter" les emprunteurs, comme sur un site de vente aux enchères. Certains, comme Prosper.com, fonctionnent d'ailleurs sur le principe des sites d'enchères inversés : les épargnants vont enchérir à la baisse le taux d'intérêt qu'ils sont prêt à accepter pour prêter la somme demandée, ce qui permet à l'emprunter de trouver le taux de crédit le plus intéressant !

- d'autres, enfin, utilisent le P2P lending comme une source de financement des micro-crédit. L'emblématique Kiva.org vous propose ainsi de financer des projets dans les pays en développement.

Alors, convaincu(e) ? Je reviendrai régulièrement sur ce -vaste- sujet à l'avenir.

4 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  3. Toujours aussi sympa avec LCL à la carte ! Je te reconnais bien là !!! bises, Nelly

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer

Pour commenter ce post :