samedi 10 janvier 2009

Gérer son argent en ligne : l'avenir de l'ebanking ? (partie 1)

Ils peuvent se targuer d'être la plus grande arlésienne de ces dernières années dans le monde de l'e-banking français : les outils de gestion financière en ligne aka Online Personal Finances Manager (Online PFM). Plutôt que de survoler un sujet aussi vaste en un seul article, je vous propose une série de posts pour découvrir ces outils, comprendre leur fonctionnement et anticiper de manière pragmatique leur avenir en France.


Les sites de banques en ligne français : rapide état des lieux

A quoi servent aujourd'hui les sites de banques en ligne pour un particulier ? Sans qu'il soit nécessaire de citer la dernière étude Gartner ou Forrester sur le sujet, on réalise rapidement qu'ils servent avant tout à consulter ses comptes. En terme d'audience, on peut estimer en moyenne que plus de 80% du trafic des sites de banque concerne la consultation de l'espace client transactionnel.

Par rapport aux relevés de compte papier, la consultation en ligne propose historiquement de nombreux avantages :
- la consultation au jour le jour, avec un décalage de 48 heures ouvrés maximum
- la consultation des encours de cartes bancaires
- plus récemment, mais pas encore dans toutes les banques : la consultation de la position de gestion, c'est-à-dire du solde du compte en incluant des opérations en cours de traitement ou programmeés (virement non encore effectué, prélèvement automatique, ...).

Bien évidemment, les sites de banques en ligne y ont ajouté depuis longtemps la possibilité de réaliser des actes de gestion courante, comme les virements de compte à compte (interne à la banque ou vers un compte d'une autre banque).

LCL a judicieusement lancé son service en fin de l'année,
avant l'envoi des relevés annuels de frais et d'intérêts.

La tendance "green banking" du moment voit également le développement rapide des relevés de compte électroniques, qui permettent au client de ne plus archiver de papier et à la banque de réaliser des économies substantielles sur l'envoi des courriers ; accessoirement, c'est également un acte intéressant pour l'environnement. A titre d'exemple, la Société Générale et certaines caisses régionales du Crédit Agricole le proposent depuis plusieurs années, alors que LCL et la Banque Postale viennent toutes deux de lancer ce service.


"Faire ses comptes" : un besoin qui ne date pas d'aujourd'hui

Les sites de banque en ligne auraient-ils donc remplacé irrémédiablement les relevés papier ? C'est loin d'être le cas pour la plupart des français, qui vérifient encore sur leurs relevés chaque ticket de caisse, chaque chèque et chaque prélèvement automatique. Dans le milieu bancaire, on parle de "pointage des écritures", que seul Boursorama Banque propose en ligne à ma connaissance. Les autres sont alors contraints de garder leurs bons vieux relevés papier... ou d'imprimer à leurs frais leurs nouveaux relevés électroniques !

De manière générale, les banques restituent les mouvements de vos comptes, mais ne vont pas au-delà. Pas de gestion prévisionnelle, pas de catégorisation des mouvements, pas de graphiques, ... Bref, pas de gestion de finances personnelles. Tout au plus, on notera les services d'alertes SMS en cas de dépassement d'un seuil (à la hausse ou la baisse). Étant donné le prix de l'abonnement à ses alertes, on comprendra pourquoi toutes les banques ont suivi le mouvement.

Money n'est plus commercialisé en français, depuis la version 2005

Bien évidemment, les logiciels comme Microsoft Money ne datent pas d'aujourd'hui, et se proposent de prendre le relais. Ils constituent même historiquement l'une des premières utilisations grand public des ordinateurs individuels (la première version de Money remonte à 1991 !). Au programme : vérifier ses comptes, agréger plusieurs comptes d'une ou plusieurs banques au même endroit, mais aussi "préparer son budget". Ces logiciels permettent en effet de catégoriser chaque revenu ou chaque dépense, afin de vérifier l'évolution de son budget loisirs ou encore de comprendre la répartition de ses postes de dépenses afin d'anticiper au mieux le budget vacances de l'été prochain. Depuis, la concurrence est devenue plétorique comme l'illiustre ce comparatif (en anglais et non exhaustif). Si l'on devait néanmoins en retenir un seul, ce serait le logiciel libre français Grisbi.

Alors qu'il était au départ nécessaire de ressaisir manuellement chaque transaction, les sites de banques en ligne proposent depuis très longtemps le téléchargement des écritures de chaque compte, afin de les importer automatiquement dans Money ou tout autre logiciel du genre. Cette opération fastidieuse a ensuite été automatisée, afin de télécharger les écritures sans quitter le logiciel (nous y reviendrons dans la seconde partie).


Les outils de gestion financière en ligne : des "Money-light" gratuits ?

A l'ère du "cloud computing" mais surtout du tout-gratuit, les logiciels en boite n'ont plus la côte. Alors que Money n'est plus commercialisée en France depuis plusieurs années, il n'était pas surprenant de voir débarquer des alternatives 100% en ligne, la plupart gratuites. Alors que des ovnis payants existent toujours, comme Monec, l'année 2008 aura vu apparaître des logiciels un peu plus modernes, à défaut d'être "web 2.0 proof".

Commençons par Iswigo, lancé depuis mai dernier. Gratuit, ce logiciel nantais est très complet mais aussi très franco-français dans son approche. L'interface (assez criarde) et les fonctionnalités (pointage des écritures, rapprochement des relevés) s'apparentent à un logiciel classique souhaité par l'utilisateur français moyen, sans apporter de réelle valeur ajoutée : on retient principalement la gratuité, argument auquel Iswigo ajoute le stockage des données en ligne afin d'éviter de tout perdre en cas de virus ou de plantage. C'est un peu tiré par les cheveux mais cela pourra peut-être en convaincre certains.

Winancial (ci-dessus) et surtout Optissima proposent des interfaces plus adaptées au web

Un peu plus moderne d'aspect, Winancial est un service de gestion de comptes en ligne 100% en flash / flex. Lancé au cours du dernier trimestre 2008, Winancial a été agréé par le pôle de compétitivité "France Innovation" en décembre dernier, ce qui devrait les aider à lever des fonds nécessaires à leur développement. Néanmoins, comme pour Iswigo, un utilisateur traditionnel de Money ne verra pas -encore- l'intérêt de passer à cet outil.


2009 : vers des solutions enfin innovantes et "sociales"

L'absence de différenciation des outils en ligne avec les logiciels traditionnels n'est pas une finalité. Dans la lignée des excellentes applications en ligne anglo-saxonnes, la société Kredity a lancé en novembre dernier le site Optissima.com, qui offre enfin de la nouveauté. Optissima vous propose ainsi de "retrouver du pouvoir d'achat". Rien que ça !

Pour y arriver, deux fonctionnalités emblématiques sont proposées :

1. comparer l'évolution de vos postes de dépenses avec d'autres utilisateurs qui partagent le même objectif. Par exemple, diminuer votre budget loisirs en prévision des prochaines vacances ; de quoi vous inciter à respecter vos engagements !

2. vous suggérer des produits financiers : crédits à la conso, regroupement de crédits, ou même livrets d'épargne plus avantageux. Optissima analyse vos comptes et les compare avec sa base de données des offres du marché, afin de vous aider à choisir les produits les plus adaptés.

L'offre francophone est donc encore loin de ce que proposent les outils en ligne américain, sur lesquels je reviendrai par la suite. Néanmoins, on peut raisonnablement parier sur une maturation de l'offre FR en 2009, et sur l'arrivée de bonnes surprises. En attendant, beaucoup pourront se reporter sur la version française de buxfer, qui fait partie des valeurs montantes du secteurs.
Pour autant, ces start-ups auront du mal à surmonter une barrière : l'impossibilité de télécharger automatiquement les écritures depuis les banques françaises, alors que c'est désormais un standard outre-atlantique. Comme dirait la pub, "des solutions existent" : je vous les exposerai dans la seconde partie.

2 commentaires:

  1. Jean-Jacques Sabier15 février 2009 21:12

    Bonjour,

    Pour ma part je gere mon argent grace au site mybudget-online.com: c'est en français et gratuit. Pas besoin de donner son nom ou son mail pour ouvrir un compte. Accés sécurisé en HTTPS.

    Meme si il possede moins de fonctions que certains sites de gestion; c'est le plus simple et orienté utilisateur.

    Voici le lien en français: www.mybudget-online.com/index_fr.htm

    A bientot

    RépondreSupprimer
  2. C'est une analyse instructive.merci

    Julie,
    consultante
    http://www.rachatducredit.com

    RépondreSupprimer

Pour commenter ce post :