dimanche 28 décembre 2008

Widgets, aggregations, mini-applications. Mais pas d'e-banking ?

En lisant un récent billet de Daniel Gergès sur le link journalism, j'ai atterri au fil de mes lectures sur un article commentant l'intégration sur le site du Télégraph d'un outil de gestion financière en ligne. Et pas n'importe lequel : Wesabe, l'un des plus "social" des outil d'OPF (Online Personnal Finances).

Gérer ses comptes en lisant son journal préféré : bonne idée ou idée saugrenue ?

Drôle de partenariat pour un journal anglais tel que le Telegraph, mais gros potentiel de nouveaux abonnés pour Wesabe. J'aurais l'occasion de reparler de ces outils d'aggrégations et de gestion de comptes, dont la présence en France est un vaste désert... au sein duquel le seul oasis (ou presque) s'appelle Optissima.com.

Au-delà de cet exemple presque anecdotique de partenariat, qu'a-t-on eu à nous mettre sous la dent ces derniers mois, en terme de mini-applications, de widget ou d'aggrégations de données bancaires ? A première vue, on pourrait répondre "rien". Pourtant, beaucoup de mouvements a eu lieu. On pourrait retenir :

- une course effrénée aux applications iPhone pour l'appStore, chez les banques américaines ("évidemment"). Rien en France, en dehors de quelques applications tierces comme ce simulateur de crédits. Globalement, les applications des banques américaines correspondent à des sites web embarqués, sans réelle spécificité mais permettant d'améliorer la rapidité (seules les données sont téléchargées, puisque la mise en forme est gérée par l'application). Et c'est déjà beaucoup.

- MonaSync (où comment MonaBanq donne un nom marketing à chaque fonctionnalité), qualifié de "premier widget bancaire français" et qui permet de suivre les dernier mouvements de son compte directement Netvibes, iGoogle ou iPhone.

Suivre ses comptes en permanence : MonaSync répond à un réel besoin des clients

Une idée qui fera mouche ? Loin de là : n'espérez pas voir l'équivalant chez les grandes banques, à la fois pour des raisons de sécurité (malgré la communication effectuée à ce sujet par MonaBanq) et le surplus de trafic engendré par une telle application. Même pour les responsables marketing, le jeu n'en vaut pas la chandelle : MonaSync fait office de concurrent direct aux juteuses alertes SMS que les banques proposent à leurs clients pour les avertir d'un solde négatif, du virement de leur salaire... moyennant un abonnement souvent hors de prix.

- des widgets pour les blogs : j'ai vérifié dans la bibliothèque de widgets de Blogger, et j'ai été surpris : les banques et grands acteurs de la finance ont complètement envahi ce segment. Ici, pas de suivi des comptes, mais les cours de bourse (indices ou valeurs), des simulateurs financiers (crédits, capacité d'emprunt, mensualités)... sponsorisés par l'institution qui les a mis en ligne, bien entendu. Chez Blogger, Bank of America a purement et simplement spammé de widgets financiers la bibliothèque proposée aux bloggeurs !

2009, que vois-tu venir ?

Alors, verra-t-on en 2009 davantage de widgets ou de mini-apps dans l'eBanking ? Comme je l'ai indiqué pour MonaSync, les banques françaises n'ouvriront jamais ni l'accès à leurs données, ni même l'accès à des applications hébergées sur leurs serveurs. Alors que la sécurité devient encore davantage la thématique majeure du secteur et que l'accroissement du trafic sur les sites bancaires donnent des sueurs froides aux DSI, ce n'est pas le meilleur moment choisi pour parler "2.0". heureusement, Chrsitophe Langlois sera toujours là pour prêcher la bonne parole :-)

Le réconfort pourrai-il venir du mobile ? On nous l'annonçait tous les ans depuis 2003 (n'est-ce pas Daniel ?), 2008 semble enfin avoir été l'année du mobile, principalement grâce à l'iPhone. Plusieurs banques françaises ont adapté leurs sites mobiles pour l'iPhone, bien que le leitmotiv principal réside davantage dans l'effet de com que dans le service rendu. Il est donc bien tôt pour envisager trouver de grandes banques sur l'appStore, ou proposer des fonctionnalités "widgetisables". Shame on them !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour commenter ce post :